Monuments culturels

Le patrimoine historique et culturel est représenté de manière dominante par l’architecture sacrée qui occupe la région. Ce qui témoigne de l’attachement que les habitants nouent avec la religion ainsi qu’avec l’Eglise depuis des siècles. Tous les grands villages ont leur paroisse et, certains d’entre eux, ont même quelques autres petites églises et chapelles. Presque la totalité des monuments religieux ont été construit durant le moyen âge et ont été rénovés ou élargit plus tard. Seulement quelques églises ont encore gardé des éléments datant du moyen âge.

En ce qui concerne les monuments sacrés, deux d’entre eux se démarquent. Il s’agit de deux monastères : le monastère franciscain saint Domnius à Kraj et le monastère bénédictin saint Côme et Damien sur la montagne Ćokovac. Un phénomène très intéressant est le site d'Otus où se trouvait, au moyen âge, un manoir.

L’église saint François et le monastère saint Domnius (Kraj)

Le monastère saint Domnius se trouve au sein de l’église du même nom à Kraj et représente un des monuments les plus connus de l’île de Pašman. L’histoire de l’apparition de ce complexe est liée à des donations immobilières et d’argent de la part d’une noble Zadaroise : Pelegrina Grisogono. La construction de ce monument s’est déroulée en plusieurs phases. L’église saint François a été construite en premier, dans les années 1380, dans un style gothique. En 1389, Pelegrina a offert l’église ainsi que l’ensemble de la propriété aux franciscains qui étaient chassés de Bosnie. Trois ans plus tard, elle leur offrit le reste de sa propriété, son bétail et les moyens de construire le monastère saint Domnius. Le grand nombre de donation reflète l’attachement spirituel que la famille Grisogono et le reste de la noblesse Zadaroise partageaient pour ce monastère franciscain, en le démarquant ainsi du reste des monuments sacrés sur l’île.

L’église et le monastère bénédictin saint Côme et saint Damien (Ćokovac)

Ce monastère a une importance particulière dans le patrimoine historique et culturel de l’île de Pašman car il est directement lié à la Croatie en tant que pays moyenâgeux, c’est-à-dire sous Petar Krešimir IV. Il se situe dans la partie sud de l’île, sur la montagne Ćokovac à deux kilomètres au nord-est de Tkon.
L’église saint Côme et saint Damien a été connue pour la première fois en 1070 quand le roi croate Petar Krešimir IV l’a confiée au monastère saint Jean l’évangéliste à Biograd. Le gouverneur suivant, Dmitar Zvonimir, a aussi offert aux bénédictins de Biograd les propriétés de Pašman. Quelques décennies plus tard, les Vénitiens, dans leur conquête de la royauté croate, ont dévasté la ville de Biograd ainsi que le monastère bénédictin. Les bénédictins ont trouvé un nouveau foyer sur Pašman et en 1125 ils ont réussi à finir la construction de leur monastère sur Ćokovac. L’évènement de 1202 témoigne du fait que Pašman était un refuge sûr pour la population locale quand la noblesse de Zadar s’y est rendue pour se cacher des Mlettes qui dévastaient tout Zadar.
Le monastère de Ćokovac a été rénové plusieurs fois mais regorge encore d’éléments moyenâgeux. L’église a sauvegardé toute son architecture gothique ainsi que son porche et sa clôture.

La site d’Otus : l’église saint Antoine et les ruines profanes (Pašman)

Otus se trouve au sud de la côte ouest de l’île de Pašman. Otus est le premier exemple du style rustique dans notre région. Ljetnikovac a été créé entre le XIVème et XVème siècle dont le propriétaire et le plus grand investisseur est le zadarois Venturin Pacijev de Cesene.
Venturin était un grand amoureux de l’îlz. Avant cela, il possédait déjà une petite propriété sur à Otus mais il a voulu s’assurer un logement permanent sur l’île afin de pouvoir en profiter sans aucune limite. Ce qui est tout à fait compréhensible. Avant l’été de l’année 1399, Venturin a réussi à acheter la majorité des terres d’Otus. Ce même été, Venturin a réussi à réaliser son rêve – la construction d’un complexe rustique à Otus. D’après tous ces éléments il semblerait que Venturin était très organisé et téméraire car ses travaux se sont déroulés sans aucun problème. Au XVème siècle, il a enfin finalisé son œuvre en construisant l’église de saint Antoine à laquelle se rendent encore aujourd’hui, le jour de la saint Antoine, les habitants de l’île pour un petit pèlerinage.

L’église saint Michel archange (Neviđane)

L’église saint Michel se situe à 1 kilomètre au sud-est de Neviđane. On entend parler de cette église pour la première fois en 1018 lorsque l’évêque zadarois Prestancija la fait construire. Plus tard, l’évêque a offert cette église au monastère franciscain saint Chrysogonus (Krševan) à Zadar.
Les éléments moyenâgeux n’ont été sauvés qu’en très petite quantité. Le temps et le passage de l’homme ont fait qu’une seule partie du temple gothique construit au XIVème siècle n’a pu survivre. On peut voir encore aujourd’hui sur le fronton de l’église le relief de saint Chrysogonus qui tue avec son épée un dragon des enfers. Les restes d'un logement de pierre du début du moyen âge des caractéristiques intéressantes (des fragments semblables aux ambos de la cathédrale de Zadar sont mis en évidence).

La paroisse de l’église du Sacré cœur (Neviđane)

Cette église est la paroisse de Neviđane, elle se compose d’une nef et d’une sacristie. Elle a été construite en 1899. Elle fut complètement rénovée pour l’anniversaire de ses cent ans.

L’église Notre-Dame de Santé (Neviđane)

L’église date du XVIIème siècle. Elle fut construite après les ravages de la peste. Elle fut mentionnée dans la visitation de 1670. Jusqu’à la fin du XIXème siècle cette église était laissée pour compte et sans toît. Le pasteur Stjepan Vinko a consacré tout son temps pour la rénover et y est enfin arrivé en 1983 et l’église a été ainsi bénie le 21 novembre par l’archevêque Marijan Oblak. Elle fut jusqu’en 1899, avant que ne se construise une nouvelle église, l’église de la paroisse.

Les ruines de l’église saint Martin du début du christianisme (à côté de Neviđane)

Les ruines de l’église saint Martin se situent à 500 mètres au nord-ouest de Neviđane, du côté gauche de la vieille route qui relie Neviđane et Dobropoljana. Il s’agit sûrement d’une église datant du début du Christianisme qui devait encore être en état durant le moyen âge. Les ruines sont en forme de rectangle (5,70x7,50 m) auxquelles s’ajoutent une abside profonde et demi-circulaire. Sur le site on peut trouver des restes de céramique antique ce qui laisse imaginer l’existence d’autres bâtiments avant même la construction de l’église.

La paroisse saint Luc (Ždrelac)

L’église saint Luc fait parti de la paroisse du village Ždrelac et se situe au centre de celui-ci. L’église est mentionnée pour la première fois à la fin du XIIIème siècle mais on suppose qu’elle a été construite bien avant, durant la période du début du christianisme. Malheureusement, elle n’a aucune caractéristique du début du christianisme ou du moyen âge.
Sa forme est rectangulaire et se prolonge avec la sacristie de forme carrée. Dans l’église se trouvent trois hôtels en marbre. Sur l’hôtel principal, dévoué à la vierge Marie, se trouve un retable. Les deux autres hôtels placés sur les côtés sont dévoués à saint Luc, gardien de la paroisse, et à Notre-Dame de Lourde, avec des statues. La statue de saint Luc tient dans ses mains les évangiles ouverts avec des inscriptions en glagolitique. La peinture de la vierge Marie au dessus de l’hôtel principal a été dernièrement rénovée et est très précieuse. A l’intérieur de l’église se trouvent les statues de sainte Thérèse de Lisieux et du Sacré Cœur. En dehors de l’église se trouve un grand bénitier en pierre. C’est après la première Guerre mondiale que fut apportée la statue de la vierge Marie et en 1937 fut fondé l’association des jeunes filles de Notre-Dame de Lourde. Depuis, les croyants de la paroisse de Ždrelac fêtent le jour où Notre-Dame de Lourde a fait ses voeux.

La paroisse saint Côme et saint Damien (Banj)

Cette église qui se situe à Banj est mentionnée dans les documents pour la première fois en 1345. Elle a été construite à peu près à cette époque là. Elle a été rénovée plusieurs fois jusqu’à aujourd’hui, ce qui fait disparaître les éléments moyenâgeux. L’église n’a qu’une seule nef et contient une sacristie et trois hôtels en marbre. Sur l’hôtel principal se trouvent un tabernacle et un retable de la vierge Marie avec Jésus et les gardien de la paroisse. Les hôtels se situant sur les côtés sont celui de la sainte Croix et de la Vierge du Rosaire.

L’église de Notre-Dame de Lorette sur la montagne Mali Bokolj (Banj)

La construction de cette petite église a commencé grâce à l’initiative des habitants et à l’idée de Don Ante Peroš. Elle a été finie en 1935. Selon ce que l’on raconte, Don Ante Peroš aurait eu une vision de la vierge Marie d’où viendrait l’idée de faire une chapelle sur la montagne Bokolj. La position de la chapelle a été définie selon la trace du pas de la vierge Marie se trouvant près du chemin de croix (mis en place en 2000). Le pas a été est trouvé par des pêcheurs et des pasteurs qui se promenaient sur la montagne. Il est surnommé le pas de la Vierge. De nombreux croyants qui font leur pèlerinage en se rendant à cette église, appelée par les habitants du coin « Notre-Dame de Bokolj ». Le chemin part des « portes de la Vierge », à travers une piste amenant jusqu’au chemin de croix puis jusqu’à l’église au sommet de la montagne. Avant, les femmes s’y rendaient pieds nus. Le 10 mai on fête particulièrement la gloire de Notre-Dame de Lorette.

La paroisse saint Thomas (Dobropoljana)

L’église saint Thomas fut mentionnée pour la première fois dans des documents datant de 1404. Elle a été construite grâce aux donations d’un noble de Zadar. Elle fut rénovée en 1717 et en 1867. En 1741, elle fut même agrandie ce qui a fait disparaître les éléments moyenâgeux de l’ancienne construction. L’église est composée d’une nef et une sacristie et à l’intérieur sont disposés trois hôtels. Sur l’hôtel principal se trouve un tabernacle et une peinture de la Vierge Marie. Les hôtels situés sur les côtés sont l’hôtel de Notre-Dame de Cont-Carmel avec en plus une statue et l’hôtel saint Thomas avec un retable.

La paroisse de la naissance de la Vierge Marie (Pašman)

On parle de cette église déjà au moyen âge. D’après l’historien Bianchi, une elle a hérité d’une propriété le 3 avril 429 de la part du zadarois Fosco. Selon la tradition, la première église de Pašman est aujourd’hui le presbytère de Godar. L’évêque de saint Donat l’a béni le 7 août 806. Cette église fut rénové un peu plus tard, puis agrandie en en faisant ce qu’elle est aujourd’hui, datant de 1885. Petar Dujam Maupas, un archevêque de Zadar, l’a dédié le 9 VIII. 1885 afin de rendre hommage à la naissance de B. D. M. – Notre-Dame. L’inscription sur la plaque en pierre située à côté du baptistère en témoigne. L’église a cinq hôtels. Sur l’hôtel principal se trouve un retable sur laquelle on peut voir les apôtres, Cyrille et Méthode avec la Vierge. Au fond de l’église se trouvent deux retables (huile sur toile) faite par un grand artiste saint Matea Celestin Medović. La première dépeint clairement les apôtres saint Pierre et saint Paul (142x96cm). La seconde dépeint saint Jean-Baptiste et saint Siméon portant Jésus dans ses bras (Apparition dans un temple, 147x102 cm). Les tableaux ont été fait à Dubrovnik en 1893 et 1894. Un autre hôtel du Sacré Cœur se trouve sur le côté gauche avec une statue en plâtre. Les murs intérieurs de l’église sont peints avec des inscriptions saintes par les peintres Mladen Plečka et Mate Matulića en 1930. Dans l’église on peut voir quelques bougies et des croix de procession.
L’apparence de l’église aujourd’hui ne témoigne d’aucun élément moyenâgeux.

L’église saint Antoine de Padoue (Mrljane)

On ignore la date de sa construction mais elle fut rénovée en 1874.

La chapelle saint Antoine le Grand (Mali Ždrelac)

La chapelle saint Antoine le Grand (Mali Ždrelac): elle appartenait jadis au dernier archevêque de Trogir Anton Panellij (mort en 1821) qui y fut enterré. Pendant les mois d’été, la Messe est célébrée tous les samedis dans la chapelle pour les habitants de Gladuša.

Le fort préhistorique et la forteresse byzantine Pustograd (Tkon)

Le fort et la forteresse Pustograd se situent au sud-est de l’île. Les forces byzantines ont fait construire le fort au VIème siècle. Une muraille encercle le sommet de la montagne (85x75m). Au nord se trouvent les fondements d’une tour et au sud se trouve une tour quasiment intacte. A l’intérieur du cercle formé par la muraille on trouve les restes de deux bâtiments. Il s’agit sûrement d’habitations et de citerne pour l’eau. La forteresse n’a pas servi à des fins militaires mais comme refuge pour la population locale dans les situations dangereuses.

La chapelle de saint Antoine le Grand

La chapelle de saint Antoine le Grand, datant de 1628 : propriété privée de la famille Ćosić (un hotel).

L’église saint Roch à Mali Pašman

L’église saint Roch à Mali Pašman: architecture simple, datant de 1631 quand la peste dévastait tout.

L’église saint Marc l’évangéliste

L’église saint Marc l’évangéliste: elle se situe au centre de Pašman. On ignore quand elle fut construite mais elle a été rénové en 1997.

L’église de saint Antoine de Padoue

L’église de saint Antoine de Padoue: construite à Tkon comme héritage d’un habitant en 1672.

La chapelle de Notre-Dame

La chapelle de Notre-Dame se trouve à Tkon sur la montagne Kalvarija.

Où sommes-nous?

L’archipel de Zadar possède un grand nombre d’îles. Pašman en fait partie. Il s’est installé à quelques kilomètres seulement du continent, mais reste, toutefois, proche des trésors de Kornati.

 

Pašman bb (p.p. 1)
23262 Pašman
Croatie

+385 (0)23 260 155

info@pasman.hr

 

Pašman Guide App

Retour en haut de page